Dumont d'Urville en plein essor

Fruit des ateliers de concertation menés durant un an et demi auprès des habitants du quartier, le projet Dumont d'Urville donne naissance à un nouvel ensemble urbain situé en entrée de ville et à proximité du port. D’ici 2025, les anciennes friches auront laissé la place à un programme résidentiel et urbain ambitieux, véritable prolongement du quartier Saint-Nicolas, à proximité du centre-ville.

© Ville du Havre

Le quartier Saint-Nicolas grandit

Situé à l’interface ville-port, l’aménagement du secteur Dumont d’Urville, compris entre les rues Dumont-d’Urville, des Chargeurs-Réunis et du Général-Chanzy, contribue à l’attractivité du quartier Saint-Nicolas. À la clé, de nouveaux habitants et services ainsi qu’une qualité de vie revendiquée dans un paysage à forte identité.

La Zone d’Aménagement Concerté Dumont d’Urville, six hectares compris entre les rues Dumont-d’Urville et du Général- Chanzy, occupe une position charnière, à l’interface de territoires en mutation et à proximité d’équipements urbains d’envergure : Docks Vauban et Carré des Docks, Bains des Docks, clinique des Ormeaux, Campus étudiant. Son aménagement marque une étape majeure dans la reconquête des quartiers Sud.

Le caractère fort de Saint-Nicolas est indissociable de l’histoire et de l’identité à la fois portuaire et industrielle de la ville. Bordé par le quai de la Saône, son jardin fluvial et son bassin, le quartier s’ancre dans cette diversité d’influences pour offrir un cadre de vie et de travail unique en son genre. Fruit de la concertation publique qui s’est déroulée de mai 2014 à octobre 2015, le projet Dumont d’Urville tire parti des éléments patrimoniaux existants et de ce caractère bien trempé pour proposer un développement à la fois moderne et respectueux de l’histoire. Les choix exprimés lors des réunions de concertation font du projet Dumont d’Urville une extension du quartier Saint-Nicolas dont le rôle de centralité, en termes d’offre commerciale et de services, se voit conforté.

Le projet en quelques chiffres
Les projets de la ZAC Dumont d’Urville, c’est à terme :
- 237 logements en accession à la propriété
- 114 logements locatifs
- 40 logements en locatif social
- 150 logements étudiants
- 120 hébergements en EHPAD
- 7 215 m² de surfaces d’activités / bureaux

© Ville du Havre

Des chantiers diversifiés

Sur la rive ouest du projet, rue Dumont-d’Urville, la rénovation du lycée Saint-Vincent de Paul donne un avant-goût de l’esprit et de la physionomie du futur quartier. Aux alentours, plusieurs chantiers récemment achevés ou en cours de finition révèlent eux aussi l’ambition de faire coexister modernité et histoire. D’anciens bâtiments désaffectés ou abandonnés ont ainsi été restaurés et complétés pour offrir des logements et un cadre de vie agréables : c’est le cas des anciennes écoles Gravelotte et Courbet.

Véritable axe traversant d’un secteur en mutation, la rue des Chargeurs-Réunis bénéficie d’un traitement qui symbolise la vocation à la fois dynamique et respectueuse de l’environnement du quartier : la plaine de jeux, achevée dès l’été 2017, fait face à un paysage résolument urbain et une tour innovante de quinze étages. Située en proue du nouveau quartier, dans la perspective de la rue Marceau, l’édifice emblématique sera habillé de panneaux photovoltaïques qui en feront un bâtiment vertueux sur le plan énergétique et un véritable signal vertical dans le paysage urbain. Les autres projets en bordure de rue afficheront des hauteurs jusqu’à sept étages, soit deux à trois niveaux de plus que les autres programmes du quartier.

© Ville du Havre

Un projet ouvert à toutes les générations

La diversité des projets contribuera à la mixité des usages et des habitants. Le projet Océanis, rue des Chargeurs-Réunis, accueillera ainsi une formation supérieure autour du sport, devenant à la fois lieu d’études et de résidence étudiante, tout en s’ouvrant à l’accession à la propriété. En face, la résidence Crescendo inclura une trentaine de logements locatifs dédiés à l’accueil de salariés dans le cadre d’Action Logement. Pour les seniors, la rue du Général-Chanzy accueillera Les Escales, nouvel EHPAD public de 120 hébergements. Un équipement médical verra également le jour avec un pôle santé intégré à la résidence Conversion, qui comptera une quarantaine de logements rue des Chargeurs-Réunis.

Rue Dumont-d’Urville, les projets Jardins des Docks (25 logements), Kubic (74 logements déjà construits) et Astrolabe (57 logements) prolongeront la rénovation de cet axe à proximité duquel s’est développé le Hangar Zéro. Cet ancien hangar à café et cacao, devenu tiers-lieu, abritera à terme des activités durables, dont une ferme aquaponique – l’aquaponie consiste à combiner l’élevage de poissons en symbiose avec la culture de légumes et de plantes aromatiques –, ainsi qu’une boutique et un restaurant déjà ouverts. Source d’innovation pour tous ses occupants, sa réalisation par des bénévoles a puisé dans la récupération, dont des matériaux issus de friches valorisées par la Ville.

© Ville du Havre

Quelques projets emblématiques

Une tour signal

Avec ses 74 logements locatifs, la tour à énergie positive du promoteur Elithis permettra à ses habitants d’avoir une facture de chauffage et d’eau chaude nulle grâce à des panneaux photovoltaïques qui produiront plus d’énergie que la tour n’en consommera. Au sommet se trouvera une terrasse collective. L’édifice, dont les travaux devraient démarrer début 2023, constituera un point de repère important dans le paysage urbain des quartiers Sud.

Un ensemble résidentiel et de santé

Le projet Conversion du groupe Duval, comprenant 22 logements en accession à la propriété et 20 logements sociaux (Logeo), sera l’un des édifices structurants de la rue des Chargeurs-Réunis, accueillant 127 places de parking mutualisées avec d’autres programmes. Son insertion dans le quotidien des habitants sera confortée par la création d’un pôle de santé, équipement important pour la vie du quartier. Le démarrage des travaux est prévu en juin 2022 pour une durée de 24 mois.

Un pôle pour les études

Le campus WEFORM, porté par l’opérateur Océanis, démarrera en 2023. Sa particularité est de proposer un espace sport et santé qui enrichira le Campus étudiant : un cursus d’études menant vers des fonctions d’entraîneur, de manager d’équipement sportif ou de magasin spécialisé y côtoiera une résidence étudiante de 150 logements et 45 logements en accession à la propriété.

© Ville du Havre

Un quartier verdoyant et innovant

Que ce soit sur le plan environnemental ou architectural, le nouvel espace urbain Dumont d’Urville forme un cadre innovant dans un paysage imprégné du jardin fluvial et de la plaine de jeux, et où les mobilités douces sont à l’honneur. Toutes les constructions en cours et à venir intègrent des espaces verts résidentiels ainsi que des terrasses ou toits végétalisés. Côté circulation, les aménagements prévoient la création de zones de rencontre et de voies privilégiant les modes doux : itinéraires cyclables, cheminements piétons, implantation de locaux vélos donnant sur l’espace public. Ce choix valorisera les espaces de sports et de loisirs, le parvis du BCMO (ancien Bureau Central de la Main d’OEuvre devenu gymnase) et l’ouverture du quartier vers le jardin fluvial.

Un patrimoine restauré

Plusieurs édifices désaffectés, mais constitutifs du patrimoine ancien du quartier Saint-Nicolas, ont été récemment restaurés pour s’insérer dans des programmes résidentiels neufs. C’est le cas, par exemple, des anciennes écoles Gravelotte et Courbet. Les bâtiments réhabilités accueillent des appartements neufs avec le cachet propre que confère l’ancien.

Réduire les risques

Les projets de la ZAC Dumont d’Urville prennent en compte les scénarios de la montée des eaux à l’horizon 2100, en y intégrant des éléments exceptionnels de fortes tempêtes et de coefficients de marée importants. Comme pour les permis de construire de la ville basse, ceux du quartier en devenir sont soumis au Plan de Prévention des Risques Littoraux. C’est pourquoi les bâtiments en construction ou en projet sont conçus pour être résilients en cas de scénario extrême. Cela se traduit, par exemple, par le fait de ne pas réaliser de logement en deçà de la cote d’inondabilité, tout en maintenant une relation avec l’espace public et en tenant compte des accessibilités (dont les personnes à mobilité réduite). Cela passe aussi par le choix d’aménagements et menuiseries propices à une bonne évacuation des eaux.