Environnement
Nature

Un nouvel aménagement pour le lac de Montgeon

Suite à l'assèchement du lac du parc forestier de Montgeon, la Ville du Havre a entamé des travaux afin de repenser l'aménagement de cet espace.

Publié le 19/08/2022

Renaturaliser l'espace

Depuis début août, à cause de la succession des épisodes de sécheresse intenses, le niveau d'eau du lac du parc forestier de Montgeon n'a cessé de décroître. La Ville a dû évacuer les carpes qui y résidaient le 10 août dernier afin de les protéger dans un bassin de sauvegarde. 

Ainsi, pour préserver la ressource en eau et réintroduire une biodiversité dans ce milieu naturel, la Ville du Havre a démarré des travaux pour repenser l'aménagement du lac. Et c'est en observant les matériaux à sa disposition qu'elle a défini une façon de recréer un espace plus naturel.

Des matériaux à disposition

Grâce à une bande de gros silex présente le long de la rive, ainsi qu'à de grandes quantités de sables vaseux asséchés, la Ville va pouvoir recréer des zones propices au développement des plantes de milieux humides, qui pourront rapidement constituer des zones d'habitat riches en biodiversité. En créant des merlons (sortes de mini-digues) avec les silex, les sables vaseux, très fertiles, pourront ainsi être disposés aux abords des rives pour devenir un substrat de grande qualité, propice à l'apparition naturelle et spontanée de plantes hygrophiles. 

À travers ces travaux, la Ville a pour objectif de renaturer les abords du lac, mais également de réduire la surface de l'étang pouvant se retrouver à sec lors des épisodes de fortes chaleurs.

Repenser l'île aux canards

Depuis le 16 août dernier, des travaux ont également été engagés pour repenser l'aménagement de l'île aux canards présente sur le lac. 

Ainsi, toujours dans l'optique de recréer un cadre plus naturel et nécessitant, à terme, moins d'interventions humaines pour gérer son maintien, il a été décidé de retirer les touffes de bambous qui couvrent l'île afin de mettre en valeur les bouleaux existants, mais également de replanter une végétation plus locale, propice à l'implantation d'espèces animales locales également. 

Par ailleurs, en utilisant de nouveau la technique des merlons, les contours bétonnés de l'île pourront être "gommés" par l'implantation d'une nouvelle végétation, redonnant ainsi à l'île un aspect plus naturel et favorisant la végétation spontanée. La création d'un second petit îlot à proximité du premier est également envisagée.